Les outils de la stratégie au service du designer

La transition numérique des entreprises a entraîné une mutation de notre économie en déplaçant la proposition de valeur des produits vers les services. Au-delà de l’impact sur la place de l’humain dans cette nouvelle industrie, cette mutation a également des impacts sur le quotidien des designers et la manière de penser et de concevoir des produits et services digitaux.

Brand as a service

Préalablement portés par les startups, les entreprises traditionnelles ont rapidement compris que les services, notamment digitaux, deviendraient leur prochain relais de croissance. Aujourd’hui nombreuses sont les marques à compléter leur offre produit ou réinventer leur business model avec une approche servicielle.

La marque de lessive Tide a par exemple revu sa stratégie en se disant que l’objectif de ses clients n’étaient pas d’acheter de la lessive mais d’avoir des vêtements propres. Ils proposent donc aujourd’hui un service de laverie.

Image for post

https://www.tidedrycleaners.com/

Dans une autre logique, Urban Outfitters a lancé la plateforme Nuuly qui permet pour environ 80€/mois de recevoir en location un lot mensuel de 6 vêtements différents d’une valeur de 800€. H&M a également testé un concept similaire en fin d’année dernière en Suède.

Image for post

https://www.nuuly.com/

Que ce soit dans des univers de grande consommation mais aussi dans des contextes plus professionnels et industriels, les entreprises comptent bien utiliser les services pour se diversifier, capter toujours plus de clientèle et augmenter leur chiffre d’affaire.

Élargir le champ de compétence du designer

Si autrefois la principale mission demandée à un designer était de travailler sur l’utilisabilité du produit, face à ce nouveau paradoxe, il est aujourd’hui nécessaire d’aller au-delà. Prenons l’exemple d’un service disponible via une app mobile qui devra, demain, trouver sa place parmi les plus de 2 millions d’applications disponibles sur les stores. Outre ses critères d’utilisabilité, sa performance technique, le service devra présenter une expérience utilisateur impeccable dans son ensemble, être adapté à son marché, différenciant vis à vis de la concurrence, avoir un prix cohérent, être visible auprès de ses clients et distribué sur les bons canaux. Autrement dit, au delà de répondre aux attentes des utilisateurs, d’avoir un design à l’utilisabilité, l’adaptabilité et la désirabilité satisfaisante, il faudra également que le service possède une stratégie marketing adaptée à son marché.

Chez Yumans, notre vision est ainsi construite autour de l’humain et à travers 3 piliers : le design, la psychologie et la stratégie. Cela nous permettant de couvrir les compétences en UX stratégie, recherche utilisateurs, architecture de l’information, branding, design d’interaction et design d’interface.

Image for post

Le designer qui a déjà dû élargir ses compétences avec les notions d’expérience utilisateur (recherche, idéation, évaluation…) doit aujourd’hui pouvoir être, en plus, capable de maîtriser les notions de stratégie ou du moins de savoir interagir avec les experts du domaine pour avoir l’ensemble des informations utiles à la conception de produits et services digitaux.

C’est là qu’intervient le “Design Strategy

Pour vulgariser on pourrait dire que :

  • Le design, c’est l’art de concevoir,
  • Le marketing, c’est l’art de vendre,
  • La stratégie, c’est l’art de planifier.

Le Design Strategy est ainsi l’art de définir une feuille de route avant de concevoir quelque chose dans l’objectif de le vendre.

Quels outils pour quelles problématiques ?

Le Design Strategy va donc principalement permettre de répondre aux problématiques suivantes, illustrées par des exemples d’outils :

  • Comprendre la stratégie d’entreprise : business model canvas, business plan.
  • Comprendre le marché et ses tendances : étude de marché, étude prospective, veille inspirationnelle et technologique.
  • Identifier les acteurs et leurs interactions : ecosystem et stakeholder map, customer journey.
  • Identifier les concurrents et leur offre : benchmark concurrentiel, mapping de positionnement.
  • Comprendre l’identité de marque : prisme de Kapferer, plateforme de marque.
  • Définir la vision du meilleur produit et identifier des opportunités de différenciation : service blueprint, modèle de Kano.
  • Prioriser et planifier une feuille de route : product vision, product roadmap.
  • Mesurer la performance : analyse d’utilisation, analyse de KPI business.

Sans rentrer dans le détail de chaque outil (que nous pourrions aborder lors d’une formation Yumans sur le sujet), voici une liste d’outils non exhaustive qu’il est possible de mettre en place au cours du projet ou du moins, d’en avoir connaissance et de savoir les interpréter afin de concevoir des produits et services digitaux utiles, utilisables, utilisés mais surtout vendus !

© Photo by Scott Graham on Unsplash